Le Monument aux morts

le 23 décembre 1920 le conseil municipal autorise l'achat d'un Monuments aux Morts.

Le 19 janvier 1921 le projet de l' entreprise Renaudin de Moncé en Belin est retenu pour la somme de 5900 francs.

Une souscription publique récolte 5502,50 francs, reste à la charge de la commune 397,50 francs.

Le monument aux morts fut érigé en 1921, à la suite de la 1ère guerre mondiale face au cimetière rue Jean Fouassier.

Nous sommes dans le centenaire de cette commémoration: 1914 - 1918  >  2014 - 2018

Durant ces 5 années, souvenons nous de nos 33 soldats Moncéens tués lors de cette " GRANDE GUERRE "


Voici la liste documentée grâce aux archives municipales, départementales et au site Mémoire des Hommes.

 Remerciement à Daniel Royer pour sa contribution

 

Recherches pour le Centenaire de la Grande Guerre 1914-1918

 

L’association du  Patrimoine a travaillé avec les sites  MémorialGenWeb et Sga mémoire des hommes, chaque site comporte une fiche sur chaque soldat. Pour les soldats de Moncé en Belin, les fiches de mémorialgenweb ont été complétées par l’association du Patrimoine.

En effectuant une étude sur les Moncéens de cette guerre, morts pour la France, 33 noms sont gravés sur le Monument Aux Morts (MAM) érigé en leur honneur en 1920. En comparent ces noms à la plaque commémorative de l’église de Moncé en Belin, un nom manque à l’appel celui de Louis Trudelle né à Arnage, un oubli, un refus de la famille, mystère ?                     Les noms des soldats sur cette plaque ne sont pas gravés dans l’ordre alphabétique.

Sur les 33 soldats seulement  16  sont nés à Moncé en Belin : Alleton M., Aubry M., Boivin M., Bougard A., Chesnier J., Cormier E, Guy E., Husset F., Lubineau A., Lubineau E., Maillard G., Metivier C., Pezard L., Picouleau A., Poussin E., Poyer E.

En effectuant une recherche dans les archives communales 13 autres Moncéens sont morts pour la France à cette guerre, leurs noms sont gravés sur les MAM  du lieu de transcription du décès.

Les noms de ces Soldats sont :

     Donné Clément     4e R.G. 2e cl  né le 27  04 1873 dcd le 26 10 1918 MAM de Laigné en  Belin.

     Fajole Albert      soldat  317e R.I. né le 23 02 1876 dcd le 06 10 1915 MAM de Fay.

     Gaignon Maurice   2é cl 136e R.I. né le 14 12 1898 dcd le 27 07 1918  MAM de Vaulandry 49.

     Jousse Raphaêl     2e cl 115e R.I. né le 22 08 1893 dcd le 05 11 1918 MAM Mulsanne.

     Loriot Auguste       2e cl 117e R.I. né le 17 08 1886 dcd le 04 10 1914 MAM Mulsanne.

     Loriot Louis           2e cl 115e R.I. né le 07 07 1889 dcd le 17 09 1914 MAM Téloché.

    Menant Alexandre 2e cl 117e R.I. né le 13 09 1882 dcd le 26 03 1915 MAM St Mars d’Outillé.

     Pageau Eugène     2e cl 117e R.I. né le 24 03 1888 dcd le 07 10 1915 MAM Laigné

     Reffray Auguste    2e cl   28e R.I.T. né le 13 06 1893 dcd le 02 10 1918 MAM Yvré le Polin.

     Rouillard Henri       2e cl 117e R.I.  né le 02 01 1881 dcd le 22 02 1915 MAM Le Mans.

     Tansorier Alphonse 2e cl 8e Esc du T. né le 28 03 1878 dcd le 13 03 1918 MAM St Gervais.

     Tansorier Auguste   cpl 315e R.I.  né le 07 06 1887 dcd le 28 04 1917 MAM Spay.

     Thouet Léon     cpl 322e R.I.  né le15 01 1894 dcd le 08 081916 MAM Arnage.

 

 Moreau Henri : 2e cl  né à Paris le 16 06 1890, sur la fiche sga mémoire des hommes le décès avait été transcrit à la  commune de Monce en Belin. Un oubli ?, fallait-il faire graver son nom sur le MAM. Avant de partir à la guerre, celui-ci travaillait au moulin de follet et vivait avec Marie Fénérolle ou Fénérol.Après une recherche dans le site de «  mémorialgenweb »  un nom, Moreau Henri figurait sur le MAM d’Ecommoy. Dans le recensement de 1921 de cette commune, j’ai retrouvé le nom de sa compagne chez Monsieur Lelarge, la Derouetterie à Ecommoy c’était donc bien notre Poilu que nous recherchions. L’avis de décès avait bien été transmis à Marie Fénérol. Henri repose à la nécropole nationale de Lihons (80) T n° 2830.

Des noms sont aussi gravés sur plusieurs monuments, c’est le cas de Morençais Valentin que nous retrouvons également sur le MAM de Saint mars d’outillé, sa commune de naissance.

Dans le cimetière de Moncé en Belin j’ai retrouvé les noms des « Poilus »: Alleton Maurice, Bellanger Victor, Boivin Maurice, Cormier Emile, Lubineau Emile, Métivier Constant. Leurs tombes sont dispersées et en mauvaise état. Surveillées et nettoyées par l’association du patrimoine, laquelle a posé une plaque ornée du drapeau Français. Ces soldats ont-ils encore de la famille ?

  

Beaucoup de Soldats reposent dans des nécropoles et cimetières militaires.

Sur le M.A.M. de Moncé en Belin :

     Alleton M. nécropole nationale Brieulles-sur-Meuse (55) Tombe n° 387

     Aubry L.  carré militaire de Nancy sud (54)   T. n° 993

     Boivin M. cimetière militaire de Poperinge-Lijssenthoek (B) T. n° 7 carré 27 rang 6 (Moncé ?)

     Bougard A. Sarrebourg (57) nécropole nationale des prisonniers de guerre  T. n° 614

     Guy  E.    Saint Mandé (94) carré militaire case colombarium n° 283

     Lemarie J. nécropole nationale Assevent (59)  T. collective n° 838

     Lemaitre L. nécropole nationale de Lihons (80) T n° 1689

     Maillard G. carré militaire de Reims-Ouest (51) T. 296

     Morençais V. carré militaire de Tarascon T n° 03

     Pezard  L.   nécropole de « la Croué » Souain Perthe-les-Hurlus (51) T. n° 4559

     Poussin E.  nécropole de Somme-Suippe (51)  T. n° 3455.

     Poyer E.   cimetière communal de Boussu en Fagne (Belgique)

 

Ceux des autres M.A.M. :

    Donné C. nécropole nationale de Gerbéviller (54) T. n° 653

    Fajole  A. nécropole nationale de Jonchery-sur-Suippes (51) T. n° 1390

    Jousse  R.  Sarrebourg (57) nécropole nationale des prisonniers de guerre T. n° 5371

    Menant A. Sarrebourg (57) nécropole nationale des prisonniers de guerre  T.  n° 491

    Reffray A. Charly sur Marne (02) carré communal T. n° 18 (plaque Refray)

Ou sont nos autres soldats, disparus ?, cimetières communaux ?

Aucun Moncéen n’a été fusillé pour l’exemple. Cette triste façon était employée par des Supérieurs pour faire avancer leurs troupes. Le gourvernement actuel suit l’avis de ses conseillers (qui n’ont heureusement pas fait cette guerre ! ) et il ne veut pas reconnaitre ses 700 Poilus en tant que morts pour la France, malgré la demande de nombreuses associations.

A regarder sur internet le blog sur les fusillés pour l’exemple du Sarthois Eric Viot.

 

Recherches faites par l’Association pour la Conservation du Patrimoine de Moncé en Belin

                                                                             Rougeon Gérard